Brésil – Bahia (2020)

7 ans après, me voilà de retour à Salvador, mais avant d’y arriver, une escale rapide à Sao Paulo.

Après plus de deux heures de vol, me voilà à Salvador.

SALVADOR

En route pour Barra mais tout comme 2013 lors de mon premier passage, je suis un peu consterné par cette église énorme alors que pas loin les gens vivent chichement dans des favelas.

Arrivée à Barra. Vraiment différent : moins de voitures, trottoirs plus larges, et criminalité fortement réduite.

Emblème du bord de mer : Farol da Barra.

C’est la fin de l’année. Les festivités se préparent pour bien accueillir 2020.

Mais avant, il est temps de profiter de l’ambiance et de la plage.

Il fait beau et chaud! on oublie la grisaille parisienne.

Une caïpirinha s’impose.

On peut également faire une balade et longer la côte. Très agréable.

On retrouve donc cette ambiance sur la plage. Un mélange de musique, sport. C’est vivant.

Et quand la musique amenée ne suffit pas, une barge ancrée au large vient mettre l’ambiance.

Toute l’après-midi jusqu’au coucher de soleil.

La nuit, la plage est nettoyée

Le nouvel an est là, accompagné de son feu d’artifice. Magique. Bonne ambiance.

Juste après, les habitants se réunissent sur la plage pour célébrer dignement et prendre un bain.

Direction l’église du Bomfim.

De nombreux miracles auraient eu lieu.

La légende veut que l’on fasse un nœud avec le bracelet (la plupart colorés) et une fois les vœux réalisés le détacher.

Autre visite, le grand marché.

On y trouve de tout : légumes, viandes, crevettes

mais surtout des fruits

Un vrai bonheur. Des fruits comme chez moi en Guadeloupe.

Non loin du marché, visite d’une favela

Avec vue imprenable.

L’attrait de Salvador, c’est le Pelourinho.

7 ans après, peu de changements (peut-être le selfie :))

Le carnaval n’a pas encore commencé, mes les percussionnistes mettent l’ambiance.

Pèlerinage : là où Michael Jackson a tourné son clip They Don’t Care About Us.

La statue qui représente le premier esclave trône sur la place.

Esthétique de la croix avec la mer en fond.

Incontournable, l’ascenseur Lacerda

Il relie le bas…

…et le haut de la ville.

Le Pelourihno mérite également le détour de nuit.

Même si la prudence reste de mise, on y circule avec moins de crainte.

L’ascenseur éclairé

Au Brésil, en dehors des Caipirinha, le fameux acarajé

et les pititingas (petits poissons frits). Un délice.

MORRO SAO PAULO 

Il est temps de quitter Barra pour une escapade à Morro Sao Paulo.

On y va en catamaran.

Durée 2h20 environ.

Morro est un île

Particularité : il n’y a pas de voiture.

Tout se fait donc à pied. Pour ceux qui ont des valises, pour quelques Réals, on peut les transporter avec une brouette.

Les brouettes sont donc partout 🙂

Je découvre des plages de sable blanc.

L’eau est agréable.

On y trouve de tout : vendeur de coco.

Autre fantaisie brésilienne pour moi : le Guarana bien frais.

L’île est assez touristique, mais pas trop bondée. De nombreuses excursions sont disponibles. Je compte en profiter.

Direction balade en mer dans un vieux gréement

Baignade dans une piscine naturelle à l’eau cristalline.

Direction une île déserte pour se relaxer.

Et profiter des caïpirinhas.

Autre arrêt plus insolite : se recouvrir d’argile. Il parait que c’est bon pour la peau.

Pour enlever cet argile, l’eau de mer.

Le soir, c’est aussi de l’ambiance à Morro.

Et le choix de caïpirinha bien plus vaste.

Il y a également les glaces avec tous les fruits

AREMBEPE

Arembepe est un petit village au nord de Salvador.

Un petit village paisible.

Des rues pavées et parfois piétonnes.

Sur la grand place, l’animation : musique, jeux, acarajé et caïpirinha.

Il y a aussi la deuxième attraction : la plage. Les habitants s’y réunissent dans une ambiance bon enfant.

Encore une fois l’occasion de goûter à nouveau au pititinga.

Cerise sur le gâteau, une magnifique pleine lune.

JACUIPE

Jacuipe est un autre petit village au nord de Salvador.

On y est en mode détente à l’embouchure du fleuve.

 IMBASAI

Encore un petit village paisible.

Pour se rendre à la plage, on emprunte un petit bateau.

Navigation proche de la mangrove.

Un seul mot : farniente.


EN RÉSUMÉ : Cette visite à Salvador 7 ans après fut excellente. Ce pourquoi le Brésil garde un atout particulier pour moi : ambiance, joie de vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *