Ethiopie (2019) – 2/2

L’Ethiopie, la suite.


AKSUM


Me voilà à Aksum la ville sainte.

J’y arrive le jour du nouvel an éthiopien. Au centre de la ville, un énorme fromager.

L’ancien palais de la reine Saba. Il a été reconstitué par les archéologues. A cause de la saison des pluies, sa tombe était inaccessible.

L’Ethiopie a un lien fort avec l’Egypte. En plus du Nil, de nombreux tombeaux ont été excavés.

Le travail dans la pierre est remarquable. Souvent depuis un seul bloc.

Autre pièce remarquable, une pierre taillée d’un bloc.

On trouve dessus des inscriptions en langue locale, amharique et grecque.

Non loin, un large bassin ou dit-on la reine Saba venait s’y baigner. Aujourd’hui encore des éthiopiens viennent s’y baigner.

Aksum se sont aussi d’autres ouvrages titanesques telles ces stèles taillées dans un bloc.

Certaines se sont effondré.

La stèle derrière moi a été restituée par l’Italie après qu’elle l’ait dérobé. Pour la transporter, elle l’aurait découpé.

Aksum c’est essentiellement le bâtiment derrière moi.

Seuls les hommes peuvent y approcher.

Dans cet édifice, on dit que se trouve la véritable arche de l’alliance volé à Salomon par son fils. Cette arche serait surveillée par un gardien éternel. Il est interdit de s’en approcher.

Dans une église jouxtant ce bâtiment, deux représentations singulières de la Vierge et de Jésus : Avant les byzantins, ils sont noirs, après les byzantins, ils sont blancs.

C’est donc le nouvel an. On est en 2012.

L’occasion de rencontrer des éthiopiens

et de faire la fête avec eux.

Moment intéressant, les danses folkloriques.

animées et colorées.

Sur la route, on croise une stèle symbolique. L’histoire dit qu’un serpent aurait aidé à arriver jusqu’au sommet.

Même quand la route serpente, cela ne gâche en rien la beauté du paysage.

Une petite halte? Un café 🙂 Je n’en bois jamais, mais pour l’Ethiopie je fais un effort.

Le temps n’est pas forcément clément, mais depuis un magnifique lodge une vue à 360° sur le Geralta.

En Ethiopie, c’est la débrouille qui prime. Le « car wash » est en plein air dans une mare.

Encore une fois, je suis surpris par le paysage. Maintenant, ce sont des canyons. Je ne pensais pas en trouver ici.

Sur la route nous découvrons une architecture différente. Des maisons non plus en bois mais en pierre. Il faut dire qu’il y a beaucoup de pierre dans la région.

Puis nous sommes invités à découvrir ces constructions. Elles sont sommaires, mais suffisamment grandes pour pouvoir tout y trouver.

Nous sommes invités à prendre le café, fait de façon rituelle et traditionnelle.

Il est temps de repartir mais avant, j’avais apporté des cahiers et des stylos. L’occasion de les donner à ces enfants qui en feront un très bon usage.

On reprend la route direction une ancienne église perchée en hauteur.

Pour l’atteindre, une petite randonnée, une vraie expédition.

Après une heure à grimper, nous apercevons cette église creusée dans la roche. On dit que l’empereur Selassie l’a agrandit afin de créer une entrée supplémentaire pour les femmes.

A l’intérieur un prêtre qui garde les lieux et la réplique de l’arche de l’alliance.

Aux murs, des dessins ou peintures représentant des scènes de la Bible.

Plus loin, encore une église creusée dans la roche.

De nombreux fidèles font régulièrement cette escalade pour assister aux cérémonies.


DANAKIL


Le désert du Danakil. Une étape qui s’est rajoutée au circuit originel.

Arrivée au camp…très spartiate. En pleine nature.

On dormira sur ces lits un peu bancals.

Il fait chaud, le souffle chaud. On se croirait dans un four en chaleur tournante.

On ne perd pas de temps. Direction le désert pour assister au coucher de soleil.

On y va en convoi de 4X4 car la zone est tout de même déconseillée aux touristes.

C’est un désert de sel qui fabrique une croûte à certains endroits.

Il existe encore de rares caravaniers à exploiter ce sel dans un dur labeur à la main.

Et me voilà dans cette immensité blanche.

Notre garde armé qui prend la pause 🙂

Et voilà que le soleil se couche à l’horizon.

La nuit tombée, l’atmosphère prend une teinte bleutée.

Après une nuit bien chaude, il est temps de découvrir le cou du spectacle.

Une immensité désertique.

Presque lunaire

Et puis…

Ce spectacle sorti de l’imaginaire. Les couleurs sublimes.

Le sel est toujours présent et sculpté dans ces montagnes.

Plus loin une mare d’huile bouillante.

Autre anomalie, un bassin d’eau salée où l’on flotte mais aussi où il ne faut pas rester très longtemps car le sel est hautement corrosif.

Le café, toujours le café. Pause obligatoire.

Viande grillée plus bière locale, c’est ça l’Ethiopie.


LALIBELA


Lalibella est inscrite à l’UNESCO.

Lalibela est un complexe de plusieurs églises.

La plupart creusées à même la roche.

A l’intérieur des peintures

Certaines nous font découvrir un travail minutieux.

Dans certaines églises, des offrandes

Dans certaines églises, en fonction de sa position, une croix apparait comme par magie.

Autre curiosité, le passage de l’enfer

Allez, on va en enfer 🙂

C’est un tunnel totalement noir. Impossible d’allumer sa torche. Le principe est de vivre l’expérience. Puis on voit enfin le bout du tunnel.

Le clou de Lalibella, c’est bien entendu l’église la plus célèbre : Celle de la croix St George

C’est église est spectaculaire de part son architecture et le travail dans la pierre.

De près, c’est encore plus incroyable.

En revanche grande déception. C’est une église peu décorée. Un prêtre est bien entendu présent pour surveiller l’arche.

Curiosité non loin de l’église : une momie 🙂 mais moins bien conservée qu’en Egypte.

Mon séjour se terminera avec le soleil

Une bonne bière

Et bien entendu…l’art traditionnel du café éthiopien.


EN RÉSUMÉ : L’Ethiopie est un pays magique. Un pays singulier en Afrique. Si différent, si unique.

Des paysages, une faune et flore riches et variés.

Des habitants gentils et accueillants.

L’Ethiopie c’est le berceau de l’humanité. Elle est riche culturellement. Un vrai pays coup de cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *