Equateur – Partie 2 (2018)

INGAPIRCA

L’Equateur, contrairement au Pérou a peu de vestiges archéologiques.

Les plus célèbres sont à Ingapirca.

Le site a été un peu réaménagé mais les pierres d’origine sont là.

Un travail de taille et précision incroyable.

Des pierres taillées pouvant s’imbriquer parfaitement.

Tout comme de nombreux monuments de la région, le site d’Ingapirca est contruit en harmonie avec les étoiles et le soleil.


AMAZONIE

Voilà la première excursion en Amazonie.

Pour pouvoir rejoindre le lodge situé en pleine forêt, il va falloir prendre une pirogue à moteur.

Le niveau du fleuve est un peu bas, mais les guides sont expérimentés pour nous éviter de rester coincés dans les pierres.

Le lodge est sublime.

Il est temps de prendre à nouveau la pirogue pour la découverte de perruches.

Elles sont là en nombre.

La pirogue servant de moyen de locomotion, il arrive de prendre en stop des gens.

En route pour une marche en forêt. Gilet de sauvetage ok!

Une forêt assez dense. Des arbres centenaires

Une flore endémique.

Et la star  : l’arbre marcheur (au pied duquel on a mis une botte). Humour amazonien.

Lors d’une marche nocturne que j’ai décliné pour profiter de la piscine…

…ceux qui y sont allés ont eu la frayeur de leur vie : un serpent venimeux et parfois mortel : le fer de lance. J’ai bien fait de ne pas y aller 🙂


MANTO DE LA NOVIA

Une cascade se profile au loin. Mais on nous promet de s’approcher au plus près pour l’admirer.

Pour y aller, il va falloir utiliser une nacelle.

Cette nacelle permet de traverser les rives du fleuve. Etre au dessus du vide dans une cabine non sécurisée, tout en frisson et adrénaline.

Puis apparaît la cascade : le voile de la mariée.

Un spectacle et émotion garantis.


ALAUSI

Alausi était un passage très attendu du voyage.

Si le nom n’évoque rien, le train typique d’où il part rend la ville célèbre.

C’est une ville en hauteur.

Le saint de la ville y trône.

Les rues sont moins colorées que Quito par exemple.

Mais la vie y semble paisible et surtout on retrouve des équatoriens en tenue locale.

Une curiosité : la livraison des sodas avec un camion totalement ouvert.

Il est temps de prendre la direction du train qui mène vers le Nariz del diablo.

En route! 🙂

Avant d’y aller, passage par le contrôle pour apposer le tampon sur le passeport.

En route…

Le train serpente à flan de montagne.

Il y a un aiguilleur qui est dehors au bord du vide. Son appui est indispensable pour le machiniste et le bon fonctionnement de la ligne.

On découvre des paysages fabuleux.

Après une vingtaine de minutes, on arrive à la fin de la ligne : el nariz del diablo.

L’occasion de poser devant cette montagne où on est censé deviner un nez 🙂

 

Une photo pour immortaliser celui qui a certainement le plus d’importance dans le parcours.


L’Equateur « aime la vie » et prend soin des animaux blessés.

Il existe de nombreuses réserves.

Nous découvrons des animaux endémiques.

Le toucan

L’alligator, plutôt impassible.

De beaux perroquets colorés.

De nombreux papillons aux belles couleurs.


COLIBRIS

Les colibris sont des oiseaux endémiques.

Un oiseau incroyable qui arrive à voler à reculons.

Mais le plus incroyable est de pouvoir s’en approcher.


PANAMA (Chapeau)

L’Equateur, c’est aussi l’incroyable histoire du « Panama ». Originaire d’Equateur, il a été popularisé par Roosevelt qui le portait lors d’une visite de la construction du canal de Panama.

C’est un chapeau de paille.

Les vrais étant faits à la main.

Résultat un peu brute

Puis après un travail méticuleux

On obtient un chapeau de toute beauté.

Un des plus connu est Homero Ortega qui a « coiffé » de nombreuses stars américaines telle Johnny Depp.


LA MITAD DEL MUNDO

L’Equateur doit son nom à sa situation géographique. Une situation exceptionnelle qui permet d’admirer le soir les étoiles des deux hémisphères.

Le long de la ligne imaginaire, plusieurs monuments existent.

Celui que je visite est une horloge solaire. La ligne équinoxiale 0.

Depuis ce site, on a comme par magie un pied dans l’hémisphère nord et l’autre dans l’hémisphère sud.

Dans les toilettes joliment décorées, il y a cette théorie de l’écoulement de l’eau différent en fonction de l’hémisphère dans lequel on se trouve.


EN RÉSUMÉ :  L’Equateur c’est vrai n’est pas aussi prolifique en terme de vestiges Inca. Mais a des atouts bien différents : les Andes ces paysages de volcans et des sommets parmi les plus hauts de la planète. L’Amazonie incroyable d’être dans cette forêt primaire et secondaire.

Je n’ai pas eu l’opportunité de découvrir le pacifique.

L’Equateur et ce séjour resteront comme parmi les plus marquants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *