Sénégal (2015)

Je découvre l’Afrique noire par le Sénégal. Nous sommes en mai 2015. C’est la fin de la saison touristique là-bas.

Il s’agit d’un circuit. Première escale : Saly. Sable fin, mais un vent frisquet à en décourager plus d’un.

senegal senegal

Nous quittons Saly à destination d’un autre Sénégal. En chemin, une vie à l’image de ce qui est parfois véhiculé. Des voitures de transport bondées. On se demande comment celle qui est devant nous fait encore pour rouler.

senegal

Nous partons à la rencontre des villageois et des enfants par dizaine venant nous accueillir essentiellement pour les bonbons et biscuits que nous leur avons apporté.

senegalsenegal

Puis , me voilà parti pour une balade en pirogue.

senegal

Mais cette visite au Sénégal ne pouvait se passer du lieu qui en fait le plus de sens à mon avis : l’île de Gorée. C’est de là qu’une grande partie des esclaves partaient pour les Antilles, d’où je suis originaire. J’imagine donc qu’il y a certainement eu un de mes ancêtres passé par cet enfer.

Pour s’y rendre, il faut prendre un bateau depuis Dakar. La traversée dure à peine 30 min.

senegal

On arrive sur une île chargée d’histoire et d’émotions. Petite visite et explications du guide.

senegalsenegalsenegal

Je tombe ensuite sur une sculpture offerte par la Guadeloupe au Sénégal. Je suis d’autant plus fier !

senegal senegal

Le guide nous conduit ensuite vers la maison aux esclaves.

senegal

Je vois les conditions inhumaines qu’on subit tous ces africains.

senegalsenegal senegal

Je suis d’autant plus touché et fort ému que d’imaginer qu’ils partaient vers un grand inconnu au-delà des mers.

senegal senegalsenegal

En souvenir un autre monument à été construit en hauteur sur l’île.

senegal

En quittant Gorée, on fait une courte halte à Dakar. C’est dimanche, peu de magasins ouverts et très peu de monde. On s’arrête devant le palais . Un seul gardien stoïque.

senegal

Prochaine étape : le lac rose. Un immense lac salé teinté de rose dû à des algues. Je n’avais jamais vu cela de ma vie. Notre guide nous propose de nous baigner. L’eau est extrêmement salée et …on flotte ! c’est super. Mais ce bonheur est de courte durée car il ne faut pas rester trop longtemps dans cette eau trop salée. Il faut sortir et se rincer.

senegal

Mais le lac c’est aussi le gagne pain des sénégalais. Ces silhouettes fines qui naviguent sur cette étendue rose à la force des bras dans des conditions peu enviables pour récolter le sel.

senegal

Nous faisons ensuite un tour en 4×4 vers la plage. C’est l’atlantique. La mer assez houleuse.

senegal

Le Sénégal c’est aussi son emblème le baobab : immenses et robustes.

senegal

On visite le plus ancien d’entre eux.

senegal

On découvre un trou et on est invités à rentrer dans l’arbre.

senegal

L’intérieur est creux. Il fait sombre à l’intérieur et on devine que des animaux type chauve souris doivent y séjourner.

Le Sénégal, ce sont des paysages divers et variés et donc, immense surprise de voir un désert.

senegal

Notre halte dans le désert est un bivouac où tout le confort y est mais l’ambiance est unique.

senegal

Avant d’y passer la nuit, une balade à dos de chameau.

senegal

Et la nuit, au clair de lune, on fait raisonner les percussions autour d’un feu bien nourri.

senegal senegal

Ce fut un moment très agréable. Peut être le plus agréable du séjour.

Le Sénégal c’est aussi l’émotion. Dans le cadre du séjour il y avait la visite d’un orphelinat. C’est une épreuve assez difficile car on se rend compte que les enfants ont beaucoup moins de chance que nous, mais ils arrivent à s’en sortir malgré le peu de moyens dont ils disposent.

senegal

Malgré les difficultés, le pays tient à scolariser les enfants.  Nous visitons une école.  Des moyens rudimentaires, un sol en terre, des pupitres qu’on voyait encore dans les années 80. Toutefois, les enfants sont polis et attentifs. L’occasion de leur donner les cahiers et stylos dont ils auront fortement besoin pour poursuivre leur scolarité.

senegalsenegal

Autre ville, autre ambiance : Saint Louis, ambiance un peu coloniale.

senegalsenegal

Le fameux pont

senegalsenegal

Saint Louis c’est aussi l’hôtel de la Poste relais de l’Aéropostale en son temps.

senegal

Nous assistons ensuite à l’arrivée des pêcheurs. Un marché à ciel ouvert qui grouille de monde.

senegal

Puis nous allons au marché aux poissons séchés. Cœurs sensibles s’accrocher.

senegal


EN RÉSUMÉ : Le Sénégal fut ma première visite d’Afrique sub-saharienne. Je suis enchanté par ce pays et les atouts incroyables dont il dispose :

  • Les gens sont avenants. Malgré la pauvreté, il n’y a point de résilience.
  • Des paysages divers et variés pour tous les goûts
  • Une nourriture aussi riche et variée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *